Riot Games accepte de payer 100 millions de dollars dans le procès pour discrimination sexuelle

by Paul
0 comment

Riot Games parvient à un accord dans le cadre du procès pour discrimination sexuelle intenté en 2018, acceptant de verser un total impressionnant de 100 millions de dollars.

En 2018, un procès pour discrimination sexuelle a été intenté contre Riot Games, signifiant peut-être le début d’un mouvement à l’échelle de l’industrie qui a mis au jour des décennies de mauvaises pratiques et de harcèlement au travail dans des studios comme Activision Blizzard et Ubisoft.

Une autre plainte pour harcèlement et discrimination a été déposée contre Riot Games le 7 janvier, mettant en cause Nicolas Laurent, directeur général de la société. Poursuivie par une ancienne assistante de direction, elle allègue que le PDG de Riot, parmi d’autres fautes générales, a fait des avances sexuelles déplacées à l’encontre de la plaignante. Après qu’une enquête menée par une tierce partie engagée par Riot Games n’ait trouvé aucune preuve d’acte répréhensible, Nicolas Laurent est resté fermement ancré dans son poste au sein de la société.

Aujourd’hui, le procès de 2018 a finalement abouti à un règlement, un versement de 100 millions de dollars aux avocats et aux victimes éligibles du procès pour discrimination sexuelle. Parmi les 2 300 travailleurs éligibles d’anciens et d’actuels employés de Riot Games, ceux qui ont travaillé dans l’entreprise pendant une plus longue période recevront une plus grande allocation de fonds du règlement, 20 millions de dollars de la somme totale étant consacrés aux frais juridiques des plaignants.

Initialement, Riot Games avait accepté de régler le procès pour 10 millions de dollars en 2019, mais l’accord a été bloqué par l’intervention du département de l’emploi équitable et du logement de Californie, qui a fait valoir que les victimes de Riot Games devraient avoir droit à pas moins de 400 millions de dollars.

L’aspect le plus fascinant de l’accord ne réside peut-être pas dans le versement de 100 millions de dollars, mais plutôt dans le fait que Riot Games a accepté certaines réformes de la politique du travail. Ces réformes impliquent notamment une plus grande transparence des échelles de rémunération pour les candidats à un emploi, ainsi que l’acceptation de faire contrôler Riot Games par une tierce partie pendant trois ans. Cette partie devra être approuvée par Riot Games et par le département de l’emploi équitable et du logement, et sera chargée de superviser les plaintes relatives aux ressources humaines, de veiller à ce qu’elles soient traitées correctement et à ce que les employés de l’entreprise, quel que soit leur sexe, soient payés équitablement.

Dans le cas où le tiers découvrirait d’autres malversations de la part de Riot Games ou des lacunes dans sa tentative d’améliorer sa culture d’entreprise, il ferait des suggestions à l’entreprise tout en jouant son rôle de conseiller, le juge présidant l’affaire étant habilité à faire appliquer les changements suggérés si nécessaire.

Avec le succès fulgurant de l’adaptation d’Arcane par Netflix, qui a attiré l’attention sur League of Legends, l’avenir commercial de Riot Games semble prometteur. Reste à savoir si l’entreprise se débarrasse des erreurs de son passé troublant et émerge en tant que société intègre dans l’industrie du jeu vidéo.

You may also like

Leave a Comment